OCT OEEO

PPP_Septembre_2018

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1012856

Contents of this Issue

Navigation

Page 38 of 59

37 Septembre 2018 | Pour parler profession lu, vu, entendu Petit guide de ressources en enseignement Pour des ressources en anglais, rendez-vous à professionallyspeaking.oct.ca. Vous pouvez emprunter la plupart des ouvrages en question à la bibliothèque Margaret-Wilson, à l'exception de certaines trousses de classe. Composez le 416-961-8800 (sans frais en Ontario : 1-888-534- 2222), poste 689 ou envoyez un courriel à biblio@oeeo.ca pour réserver votre exemplaire. DANIEL MARCHILDON : PASSIONS ET PRÉOCCUPATIONS Q uand Daniel Marchildon donne des ateliers d'écriture, il conseille aux élèves de partir de ce qui les dérange – ou les passionne. Il suit, bien sûr, son propre conseil et écrit souvent sur des choses qui le préoccupent. «Quand j'ai écrit Les guerriers de l'eau, en 2011, la question du partage de l'eau dans le monde me préoccupait beaucoup, et ici, dans la région même, on proposait de bâtir un site d'enfouisse- ment de déchets au-dessus d'une nappe phréatique, une des plus pures qu'on puisse trouver dans le monde.» Et ce qui le passionne? La nature et la spiritualité de la nature. «La religion prend de moins en moins de place dans nos vies. Les enseignements qu'on reçoit des peuples autochtones nous poussent à découvrir une spiritualité, une sérénité dans la nature. J'espère contribuer [par] mon écriture à stimuler la réflexion par rapport à la nécessité de renouer avec cela.» L'écologie et la spiritualité sont deux thèmes que l'on trouve dans Otages de la nature, le dernier titre de cet auteur qui vit toujours dans sa région natale, la Huronie, à 160 km au nord de Toronto. Il pousse les auteurs en herbe à écrire d'abord et avant tout pour eux-mêmes, pour se faire plaisir, et à aller au bout de ce qu'ils ont à raconter. «C'est la seule façon d'éviter de grandes déceptions. Si on retire un grand plaisir de son travail, c'est une grande réussite. La publication, c'est la cerise sur le gâteau.» Il conseille aux pédagogues de donner le goût aux élèves d'apprendre en français et d'apprendre la langue et la culture. «Même si cela pose d'énormes défis en milieu minoritaire, c'est une richesse que nous avons que d'autres n'ont pas.» Il donne l'exemple de sa propre région : «En 2019, on va fêter le 40 e anni- versaire de l'école secondaire Le Caron en Huronie, une école qui a fait couler beaucoup d'encre pendant la crise scolaire de Penetanguishene (oct-oeeo.ca/bb2x4v), un évènement d'im- portance nationale. C'est la preuve que la communauté d'ici, malgré toutes les épreuves qu'elle doit relever, a quand même beaucoup de persévérance.» Selon Daniel Marchildon, découvrir un auteur franco- ontarien chaque année en participant à l'initiative «Le 25 septembre, j'achète un livre franco-ontarien» est une bonne façon de promouvoir sa culture. Un des 15 titres de Daniel Marchildon? – Rochelle Pomerance, responsable de cette rubrique Otages de la nature; Les Éditions David; Ottawa (Ontario); 2018; ISBN 978-2-89597-605-9; 162 p.; 14,95 $; 613-695-3339; info@editionsdavid.com; editionsdavid.com Otages de la nature DE DANIEL MARCHILDON Avec son tout nouveau roman, cet auteur franco-ontarien rend hommage aux forces de la nature et offre une belle tribune aux écologistes engagés. Fleur Monague, d'origine anishnabée, fait escale à Rivière- Ahmic, au nord de l'Ontario, pour chanter à l'occasion d'un spectacle-bénéfice. Mais ce concert est un véritable fiasco, car il arrive à un moment où la cause de l'exploitation forestière divise la communauté. Fleur et son fils Alex sont pris au centre de cette saga environ- nementale devenue judiciaire. S'étant liés d'amitié avec Chuck, le dirigeant des opérations forestières, et David Leblanc, proprié- taire de la pourvoirie qui a gentiment accepté de les héberger, Fleur et Alex sont coincés entre l'arbre et l'écorce. L'enjeu dont il est question ici est vulgarisé de façon à bien en faire comprendre les facettes sans entrer dans la lourdeur politique et économique, ce que les élèves de la filière appliquée et précollégiale appré- cieront grandement. Les valeurs des Anishnabés, le sentiment d'appartenance à une commu- nauté, l'engagement et l'ouver- ture à une nouvelle culture sont tous des éléments qui font partie de la trame de fond bien réfléchie du roman de Daniel Marchildon. Critique de Dominique Roy, EAO, enseignante de français à l'école secondaire catho- lique Sainte-Marie, Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières, New Liskeard, actuellement en prêt de service au CFORP.

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2018