OCT OEEO

PPP_Septembre_2018

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1012856

Contents of this Issue

Navigation

Page 41 of 59

L U V U E N T E N D U 40 Pour parler profession | Septembre 2018 Trouvez Logico 1, 2 et 3 sur le site Teachers Pay Teachers et amusez- vous! Logico 1 (ainsi que Logico 2 et 3); French Literacy Learning; 10 $ chacun; teacherspayteachers.com Logico 1 FRENCH LITERACY LEARNING (WWW.TEACHERSPAYTEACHERS.COM) La résolution de problèmes et la pensée critique vont de pair dans notre société en constante évolution. Les activités amusantes de Logico 1 vont mettre en action le raisonnement logique de nos élèves et le développer encore plus à la suite de la résolution de chaque problème. Ces grilles d'activités sont groupées en trois catégories (pro- blèmes à une inconnue, problèmes à deux inconnues et problèmes à trois inconnues), et chaque catégorie comporte 30 problèmes. Les réponses sont fournies, ainsi que des fiches de route pour noter le progrès des élèves et des certificats pour reconnaître leur travail. Les activités sont conçues pour des élèves de 9 à 14 ans (cycles moyen et intermé- diaire), en français cadre ou en immer- sion. Elles peuvent aussi être adaptées aux élèves en difficulté. Pour s'assurer que les activités sont bien comprises, la démarche pédagogique est bien expliquée au début de chacune. J'ai trouvé ce matériel très amusant et assez pratique dans ma salle de classe de français cadre. Les élèves ont beaucoup aimé résoudre les problèmes et travailler en groupes. Ils sont tout de suite devenus accros et en demandaient plus. Critique d'Elsa Reka, EAO, enseignante de français cadre à la St. Mark Catholic Elementary School à Beamsville, Niagara Catholic District School Board. de retours en arrière. Grâce à ses images, à ses mots et à son approche adaptés pour les 4 ans et plus, ce livre constitue un bon point de départ à une discussion avec les élèves. On trouve plu- sieurs outils complémentaires sur l'internet, en anglais mal- heureusement, comme une vidéo (oct-oeeo.ca/uhubvz) sur la prononciation des mots cris dans l'histoire, une vidéo (oct-oeeo.ca/syyska) sur l'utilisation de ce livre en classe et un guide pédagogique (oct-oeeo.ca/f7c789) gratuit. En attendant la version française, les enseignants bilin- gues pourront peut-être s'en inspirer. La version originale, When We Were Alone, a gagné un Prix littéraire du Gouverneur général 2017, en plus d'avoir été finaliste pour le Prix TD. Critique de Marie-Christine Payette, EAO, enseignante contractuelle et traductrice-réviseure, La Tuque (Québec). Les mille visages de notre histoire; Gallimard Jeunesse; Paris; 2018; ISBN 978-2-07508-636-3; 451 p.; 26,95 $; 514-499-2012; librairie@gallimard.com; gallimardmontreal.com Les mille visages de notre histoire DE JENNIFER NIVEN, TRADUIT DE L'ANGLAIS PAR VANESSA RUBIO-BARREAU Libby, «la plus grosse ado d'Amérique», et Jack, qui a mauvaise réputation dans son école, sont persuadés qu'ils ne valent pas la peine qu'on s'intéresse à eux. Ce roman initiatique et sociologique (pour les jeunes de 13 ans et plus) aborde des thèmes comme la différence, l'accep- tation de soi, le courage et la résilience. En dépeignant le quotidien des personnages, l'auteur invite à découvrir la réalité de ceux qui souffrent d'obésité ou de prosopagnosie (trouble de la reconnaissance des visages) : la gêne, le doute de soi-même, la peur d'affronter le regard des autres. Les person- nages étant très attachants, il est facile pour les lecteurs de se mettre dans leur peau et d'éprouver de l'empathie. Vos élèves auront peut-être des ques- tions à vous poser sur quelques mots, expressions et réfé- rences culturelles plus typiques de l'hexagone (p. ex., «lycée», «au top», «ce qui cloche»). La densité et la lon- gueur de l'histoire font que ce roman serait davantage à la portée des grands lecteurs. La voie de la narration alterne entre les deux protagonistes et traduit avec justesse et sensibilité leurs états d'âme et les difficul- tés de l'adolescence. C'est une belle histoire qui invite à la réflexion et à l'introspection. Critique de Marie-Christine Payette, EAO, enseignante contractuelle et traductrice-réviseure, La Tuque (Québec). Quand on était seuls; Éditions des Plaines; Saint-Boniface (Manitoba); 2018; ISBN 978- 2-89611-624-6; 30 p.; 18,95 $; Diffusion Dimedia; 514-336-3941; dimedia.com Quand on était seuls DE DAVID A. ROBERTSON, ILLUSTRÉ PAR JULIE FLETT, TRADUCTION DE DIANE LAVOIE Dans ce récit intimiste, une petite fille questionne sa grand-mère (kókom en langue crie) sur ses vêtements colorés, ses cheveux longs, sa langue et l'omniprésence de sa famille. Celle-ci lui répond en racontant son enfance dans un pensionnat. L'auteur d'origine crie, qui s'est inspiré de l'expérience de sa grand- mère, instaure le cadre adéquat pour traiter de ce sujet délicat lié à des souvenirs douloureux. Selon lui, raconter de telles histoires génèrera la compréhension, l'ouverture et l'empathie nécessaires pour changer la société et faciliter la réconciliation entre les peuples. Les illustrations très évocatrices aux couleurs vives et ternes en alternance suivent une structure répétitive ponctuée

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2018