OCT OEEO

PPP_Décembre_2018

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1048265

Contents of this Issue

Navigation

Page 26 of 55

25 ENSEIGNANTS REMARQUABLES Décembre 2018 Pour parler profession Comptes élèves Activités ludiées Attribution d'activités Suivi de la progression Utilisation multi-plateformes www.litteratout.ca L I T T É R A T O U T DÉCOUVREZ LA TOUTE NOUVELLE PLATEFORME Activités interactives pour la littératie | Livres numériques | Ressources imprimables Conforme aux attentes du MÉO la musique de Gershwin, de Bernstein, de Verdi et de Bach. Quand on est à l'école et qu'on chante des œuvres comme celles de Verdi, ça s'imprègne dans nos tripes pour toujours.» Aujourd'hui, plus de 30 ans plus tard, l'enthousiasme de M.Page est le même que celui dont M. Allen avait été témoin : «Quand il chantait, il expri- mait une réelle passion. Il savait, dans son for intérieur, comment puiser les émotions dans les paroles. Le chant était une voie naturelle pour lui.» Steven Page a suivi cette voie jusqu'à l'abbaye de Westminster, mais cette tournée de trois semaines en Angleterre, en 1985, était le rêve de M. Allen. «J'ai grandi en pensant que l'Angleterre était le haut lieu de la culture. Je voulais que mes élèves en fassent l'expérience, se souvient l'enseignant à la retraite. Mais je crois aussi fermement que le Canada regorge de talents musicaux, et je voulais que l'Angleterre en fasse aussi l'expérience!» «M. Allen organisait les concerts et faisait tout pour qu'ils se concrétisent, affirme Steven Page. Cependant, la collecte de fonds était un gros pro- blème. On devait vendre des tonnes d'emballages en plastique pour avoir les moyens de faire ces tournées. Ça, je m'en souviens encore! Il avait foi en nous, autant pour ramasser les fonds que pour chanter. Une telle confiance donne énormément de pouvoir aux jeunes. Quand quelqu'un d'autre croit en nous, on peut croire en nous-même.» M. Allen repense à cette époque presque en murmurant. «Je les traitais comme des professionnels et ils se comportaient comme des profession- nels. C'était aussi simple que ça.» M. Allen a ainsi permis à Steven Page d'acquérir de l'assurance grâce à la confiance qu'il lui accordait, mais aussi grâce à ses méthodes pédagogiques : «Il nous expliquait d'abord le contexte d'un morceau, puis il nous l'enseignait. Et boum! C'était incroyable la vitesse à laquelle nous apprenions à quoi le morceau devait ressembler.» Quand on demande à Garth Allen s'il croyait que ses élèves finiraient dans un groupe appelé Barenaked Ladies (Dames nues), il répond : «Je ne savais pas où la carrière de Steven le mène- rait, mais j'ai toujours su que ce serait dans l'univers de la musique. Il aimait tellement chanter et avait un grand sens de l'écoute. Quand je regardais la chorale, je voyais qu'il était en train d'analyser ce que je venais de dire.» Steven Page lui rend la pareille : «Il m'a appris ce que sont la passion et l'engagement. J'ai appris que je pouvais me dépasser pour accomplir de grandes choses et que toutes ces choses pouvaient converger : la beauté de la musique, la capacité de vivre cette beauté avec d'autres et d'excel- ler dans un domaine qui vous pas- sionne.» Il s'arrête, la voix lourde d'émotion. «Je porte encore cet enseignement en moi.» ■ Cette rubrique met en vedette des person- nalités canadiennes qui rendent hommage aux enseignantes et enseignants qui ont marqué leur vie en incarnant les normes de déontologie de la profession enseignante (empathie, respect, confiance et intégrité).

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Décembre_2018