OCT OEEO

PPP_Septembre_2019

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1152236

Contents of this Issue

Navigation

Page 40 of 59

39 LU VU ENTENDU Septembre 2019 Pour parler profession Des ressources pour vous et votre classe Pour des ressources en anglais, rendez-vous à professionallyspeaking.oct.ca. Vous pouvez emprunter la plupart des ouvrages en question à la bibliothèque Margaret-Wilson, à l'exception de certaines trousses de classe. Composez le 416-961-8800 (sans frais en Ontario : 1-888-534-2222), poste 689, ou envoyez un courriel à biblio@oeeo.ca pour réserver votre exemplaire. Impossible d'entretenir une conversation avec Gilles Dubois sans être ensorcelé par ses histoires rocambolesques, qui prennent souvent source dans sa propre vie. Élevé en France dans les années 1950, Gilles Dubois a eu une enfance malheureuse. À 13 ans, ses parents l'obligent à quitter l'école et à travailler dans une boulangerie, puis dans une pâtisserie. Plus tard, ils décident que leur fils deviendra policier. Tous des métiers qu'il n'aimait pas. Pendant ses études en technique policière, il fait un stage à Montréal, à l'Expo 67. De retour en France, il décide d'émigrer définitivement au Canada où, pour survivre, il exerce divers métiers, dont plongeur dans un restaurant, barman, coiffeur, chanteur de cabaret, garçon d'ascenseur, vendeur d'aspirateurs et journaliste. Toutefois, aucune de ces occupations ne l'intéresse; deux seuls métiers le passionnent : pédagogue et écrivain. Enseignant pendant 27 ans, à tous les niveaux du primaire et du secondaire jusqu'au postsecondaire (université et enseignement aux adultes), il envoute ses étudiants grâce à son style d'enseignement atypique. «Dans mes classes, on faisait du pain et, à l'heure du repas, je donnais des cours de coiffure!» C'est d'ailleurs pour ses élèves qu'il se met à écrire. Des années auparavant, il avait commencé l'histoire d'une orpheline à New York. Il l'a lu aux enfants de sa classe, et ils en ont raffolé. «Ils me disaient, "Gilles, lis-nous la suite." Alors j'écrivais mon histoire pour eux. Un jour j'ai réalisé que j'avais un livre», raconte-t-il. Cette histoire deviendra le roman jeunesse Aurélie Waterspoon. À ce jour, l'auteur a publié une dizaine de livres, y compris un roman autobiographique en trois tomes, L'enfant qui ne pleurait jamais, dont le premier volume remporte, en 2012, le prix Christine-Dumitriu-van-Saanen. L'homme qui venait de nulle part est son plus récent titre. Établi à Alexandria, en Ontario, Gilles Dubois vit en forêt, entouré d'animaux, dont ses deux chiens, et se consacre à l'écriture. Rochelle Pomerance, responsable de cee rubrique L'homme qui venait de nulle part; Les Éditions L'Interligne; Ottawa; 2018; ISBN 978-2-89699-623-0; 316 p.; 26,95 $; 613-748-0850; interligne.ca L'homme qui venait de nulle part DE GILLES DUBOIS Cette fiction a de quoi faire perdre au lecteur ses certitudes. L'histoire se résume ainsi : Hidalgo Garcia, marié et père de famille, reçoit en héritage de son cousin Jerry un carnet de notes en même temps qu'un vaste domaine situé dans les environs de New York. Dans ce carnet de notes, le cousin Jerry relate sa rencontre fortuite avec un vagabond et les surprenantes péripéties que celui-ci dit avoir vécues au fil des années. Le lecteur se retrouve ainsi entrainé dans un labyrinthe dont il ne sortira pas indemne et où se croisent des personnages tous plus inatten- dus les uns que les autres. Comme dans un rêve débridé, l'espace et le temps tanguent au gré des différents narrateurs et de la perception qu'ils en ont. «Albert Einstein, prix Nobel de physique, lui! le vagabond de Central Park…» Ce récit fantastique n'est pas sans rappeler Aurélia (1855) de l'écrivain et poète français Gérard de Nerval, avec son côté inquiétant et merveilleux, les pérégrinations du narrateur et sa tentative désespérée d'échapper à la morosité de son quotidien. Les jeunes adolescents du secondaire, dans les cours de littérature, de philosophie, de sociologie, d'histoire et de géographie, notamment, feront des rencontres extraordinaires et se poseront des questions existentielles dignes de l'expérience des Anciens. Critique de Bertrand Ndeffo Ladjape Mba, EAO, enseignant de français au Collège français de Toronto, Conseil scolaire Viamonde. La double passion de Gilles Dubois

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2019