OCT OEEO

PPP_Septembre_2019

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1152236

Contents of this Issue

Navigation

Page 9 of 59

JUIN 2019 LA REVUE DE L'ORDRE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE L'ONTARIO Protéger les élèves p. 24 L'adoption du projet de loi 48, la Loi pour des écoles sûres et axées sur le soutien, renforce la sécurité des élèves. 12 VOTRE CLASSE Pour parler profession Juin 2019 ILLUSTRATION : ROBERT SAMUEL HANSON/EYE CANDY Dans la pratique Les mouvements du corps transforment mes unités de mathématiques : les élèves apprennent les fractions en pratiquant la breakdance, les angles en imitant Pac-Man dans sa grille et les propriétés géométriques en simulant les arts martiaux. Le corps comme outil d'apprentissage? Ils adorent! Cette méthode est fondée sur la pédagogie qu'applique la Canadienne Amy Tepperman (visionnez son TEDx Talk, en anglais, à oct-oeeo.ca/tepperman). La science et l'expé- rience nous disent qu'encourager les élèves à bouger durant la journée a un effet indéniable sur leur enthousiasme et sur leur degré d'attention. Les maths et le mouvement sont inextricablement liés. Les séances de danse sont un outil parmi tant d'autres pour enseigner aux divers types d'apprenants, et l'on s'amuse en même temps! En ajoutant une petite touche de plaisir aux leçons, nous aidons les élèves à être plus attentifs et, de cette façon, ils apprennent davantage! TYLER BOYLE, EAO BLUEWATER DISTRICT SCHOOL BOARD VOUS AVEZ UNE BONNE IDÉE POUR LA CLASSE? Envoyez-la-nous à revue@oeeo.ca. Nous la publierons peut-être dans un prochain numéro! Jetez un coup d'œil à nos nouvelles archives «Dans la pratique» à oct-oeeo.ca/danslapratique. Contribuer à former le monde DE STEFAN DUBOWSKI Les enseignantes et enseignants de l'Ontario peuvent aider les élèves de partout en leur faisant profiter de leur exper- tise dans LearnCloud (learncloud.rumie.org), un carrefour en ligne de ressources pédagogiques numériques visant à offrir du matériel didactique de haute qualité aux enfants qui, autrement, n'y auraient pas accès. L'idée vient de Rumie Initiative, un groupe sans but lucratif basé à Toronto qui diffuse du matériel électronique dans les collectivités du monde entier. Comme le souligne l'organisme, des millions d'enfants n'ont pas accès à l'internet et ne peuvent donc pas profiter des plans de leçon, des activités et de nombreuses autres ressources éducatives de haute qualité qui s'y trouvent. Pour combler ce fossé numérique, Rumie Initiative a conçu LearnCloud. Les intervenants de l'organisme communiquent avec des groupes éducatifs qui n'ont pas facilement accès au web pour savoir quels sont les sujets et le matériel qui seraient les plus profitables à ces enfants. Ils invitent ensuite des pédagogues, comme vous, à se rendre en ligne pour trouver les meilleures ressources numériques gratuites sur ces thèmes (p. ex., applis, vidéos et PDF). Pour avoir une idée des sujets cibles, faites une recherche par groupe d'âge, sujet et langue (learncloud.rumie.org/search). Une fois recueillies, les ressources recommandées sont versées sur des tablettes qui fonctionnent sans connexion web. Les tablettes sont ensuite distribuées aux enfants et aux enseignants, qui peuvent utiliser le contenu que vous avez aidé à sélectionner. Selon l'agence de médias sociaux américaine We Are Social, environ 47 % de la population mondiale n'utilise pas l'internet et n'a pas la possibilité d'apprendre en ligne. Vanessa Kenalty, EAO, gestionnaire du programme, affirme que son organisme se prépare à changer les choses. Et vous le pouvez aussi. «Nous avons besoin d'enseignants et d'éducateurs pour nous aider, affirme M me Kenalty. Nous cherchons des ressources d'apprentissage de haute qualité conçues pour les apprenants de tous les âges et sur tous les sujets.» COURRIER DES LECTEURS 8 Pour parler profession Septembre 2019 Qu'en pensez-vous? Pour parler profession vous invite à écrire des lettres en réponse aux articles que vous avez lus. Nous nous réservons le droit d'abréger vos textes. Pour être considérée aux fins de publication, une lettre doit comporter le numéro de téléphone de jour de son auteur. Envoyez votre texte à revue@oeeo.ca ou à Rédaction, Pour parler profession, 101, rue Bloor Ouest, Toronto (Ontario) M5S 0A1. Un regard plus approfondi sur la violence dans nos écoles Lors d'un voyage en Angleterre, récemment, j'ai appris qu'un enseignant sur quatre au Royaume-Uni subit des violences physiques de la part d'élèves, et ce, au moins une fois par semaine (The Guardian, 20 avril 2019). À mon retour au pays, mon exemplaire de la revue était dans ma boite aux lettres avec, en couverture, un sosie angélique de Harry Potter pour présenter l'article sur la protection des élèves victimes de la maltraitance des enseignants. Tant mieux pour nous, vous me direz. Tandis que les Britanniques, eux, s'inquiètent des agressions commises par les élèves, notre seul souci à nous est de punir ces vilains enseignants qui abusent de leur autorité en classe. Une recherche rapide sur Google confirme toutefois ce que je savais déjà pour en avoir fait l'expérience : selon une récente étude de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, au moins 4 enseignants sur 10 au Canada subissent des violences physiques de la part d'élèves. Ainsi, le taux d'agressions des enseignants par les élèves est de 25 pour cent au Royaume-Uni et de 40 pour cent au Canada : un écart très alarmant. Ce qui est encore plus alarmant, c'est le silence qui entoure ces statistiques dans des publications comme Pour parler profession. Ne pensez-vous pas que de telles données méritent de faire l'objet d'un article de fond dans notre revue, par notre organisme d'autorèglementa- tion, avec une image pertinente en couverture? Mirek Lalas, EAO, chef de section pour le York Region District School Board Une question d'exactitude À la page 12 du numéro de juin 2019 de Pour parler profession, l'illustration qui accompagne l'article «Dans la pratique» n'est pas exacte d'un point de vue mathématique. Même mes élèves de 6 e année ont tout de suite remarqué – sans l'utilisation d'un rapporteur d'angles – que certains angles, tels qu'ils sont inscrits, ne correspondent pas du tout aux angles que les corps forment. Par exemple, en examinant simplement les deux angles encerclés dans l'illustration, on constate que ce sont des angles obtus (supérieurs à 90 degrés) et non pas des angles aigus de 40 et de 35 degrés, tel que l'illustrateur l'a indiqué. Roberta (Bobbie) Brooks, EAO, enseignante de 6 e année à la St. Teresa of Calcua Catholic Elementary School du Windsor Essex Catholic District School Board Réponse de la rédaction : Vous avez tout à fait raison. Nous aurions dû nous en apercevoir. Nous sommes toutefois ravis de savoir que la revue a ser vi à l'appren- tissage de vos élèves.

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2019