OCT OEEO

PPP_Décembre_2019

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1183610

Contents of this Issue

Navigation

Page 40 of 59

39 Décembre 2019 Pour parler profession ILLUSTRATIONS : VICTORIA BORGES/ARTISTIQUE INT. que les applis peuvent appuyer les élèves dans toutes les matières. «Google Classroom est pratique pour la différenciation pédagogique et la conception universelle de l'apprentis- sage. Les élèves ont maintenant des exemplaires numériques des leçons, des notes et d'autre matériel, ce qui élimine le besoin de rédiger et d'organiser les notes en classe», explique M. Pascaris. L'outil de saisie vocale dans Google Docs, qui permet de dicter un texte, s'est avéré l'un des meilleurs pour favoriser l'autonomie. «Après des années de frustration et d'évitement, grâce à la saisie vocale, mes élèves peuvent exprimer toutes leurs idées par écrit. Ceux qui, avant, passaient un cours entier à taper deux phrases peuvent désormais montrer efficacement leur compréhension.» 4. SOYEZ EN MESURE DE RÉPONDRE À LA QUESTION SUIVANTE : POURQUOI AI-JE BESOIN DE SAVOIR ÇA? «Quand j'enseigne quelque chose ou que je présente un nouveau concept aux élèves, je leur explique toujours pourquoi ils ont besoin de le savoir, de dire M me Goldman. Les élèves veulent que leur apprentissage s'applique à la vie réelle, à leur quotidien; donc, pour qu'ils s'intéressent à la leçon, je leur explique pourquoi ils ont besoin de l'apprendre.» Par exemple, M me Goldman avait préparé une leçon sur l'établissement d'un budget. Avant que la classe puisse lui demander pourquoi il fallait savoir ça, elle a parlé du bal des finissants et du permis de conduire. «J'ai créé des jeux interactifs à chaque station pour les aider à préparer un budget pour leurs tenues de bal et la location de la limousine, pour leur première voiture (quelques- uns d'entre eux venaient de passer leur test de conduite) et même pour leur première année d'études postsecon- daires, explique-t-elle. Je leur ai demandé : "Vos parents vont-ils tout payer?" Peut-être. Mais je crois pouvoir vous aider à acheter une voiture ou une robe de bal plus rapidement en utilisant ces techniques budgétaires. Essayons.» Je n'aurais pas réussi à retenir aussi bien leur attention avec un cours magistral, ajoute-t-elle. 5. RECOURIR À DES ZONES D'AUTODISCIPLINE. Le recours à des zones colorées dans la salle de classe permet non seulement d'enseigner l'autodiscipline, mais aussi la résolution de problèmes, et aide à cultiver la pleine conscience – une excellente stratégie qu'utilise Jacqueline Arnold, EAO, dans ses classes de 2 e année et de rattrapage en lecture à la Herbert H. Carnegie Public School, à Maple, en Ontario. «Quand les enfants sont dans la zone bleue, par exemple, ils sont fatigués et courent lentement, et ils savent qu'ils ont besoin d'une pause pour récupérer, explique-t-elle. La zone rouge signifie que les élèves sont en colère et qu'ils ont peut-être besoin de respirer un peu ou d'aller marcher brièvement pour se calmer. Cela leur apprend à reconnaitre ce qu'ils ressentent, physiquement et psychologiquement, et leur donne des outils pour regagner la zone verte – la zone d'apprentissage optimal.» 6. PROPOSEZ AUX ÉLÈVES DES ACTIVITÉS PARASCOLAIRES. «Quand on pense à l'apprentissage, on ne pense pas souvent à ce genre d'expérience», affirme Fran Leith. Elle ajoute que sa fille réussit mieux à l'école grâce aux activités qu'elle pratique le midi et après l'école. «Elle aimait la musique à un jeune âge et a montré de l'intérêt pour les initiatives de justice sociale. Des enseignants passionnés lui ont consacré du temps, et Hannah avait l'impression de faire partie de quelque chose de plus grand qu'elle.» Elle a participé au Harmony Movement et à la campagne Just Give de Mike «Pinball» Clemons, chanté dans la chorale et participé à des représentations théâtrales à son école. «D'une certaine façon, ce qu'elle a appris le midi lui a été plus utile qu'une leçon sur les fractions», dit-elle. 7. APPRENEZ-LEUR À DÉFENDRE LEURS DROITS. «Pour aider les élèves à réussir, j'essaie de leur montrer à défendre leurs droits en leur donnant des choix dans leur apprentissage, dit M me Leith. En 3 e an- née, ça ressemble à des enfants qui demandent de l'aide quand ils en ont Troubles à surveiller : les 3 D DYSLEXIE Affecte la capacité de lire et de traiter l'information. Parmi les défis, notons la compréhension de lecture, la fluidité verbale, la mémoire, le décodage et parfois l'articulation. DYSCALCULIE Affecte la capacité de comprendre les chiffres et d'apprendre des concepts mathématiques, y compris mémoriser et organiser les chiffres, lire l'heure et comprendre des symboles mathématiques. DYSGRAPHIE Affecte la motricité fine et l'écriture manuscrite. Se caractérise par une mauvaise orthographe, des difficultés à écrire et à penser simultanément, une écriture illisible et un espacement irrégulier. besoin, mais qui demandent aussi à se servir d'un ordinateur pour faire leur travail écrit ou à travailler sur leur manipulation en mathématique préférée.» Les laisser utiliser les outils qui les aideront à mieux apprendre est essentiel à leur réussite, dit-elle. «La conscience de soi et l'autonomie sociale sont les compétences les plus importantes que j'enseigne à mes élèves qui ont des troubles d'appren- tissage. Afin que ces jeunes puissent réussir à l'école et ailleurs, ils doivent comprendre quelles sont leurs forces et quels sont leurs besoins», explique M. Pascaris. Il est crucial d'établir une relation de confiance de même qu'un milieu sécuritaire et de garder à l'esprit que chaque élève qui se dit apprenant atypique apporte de la valeur à la salle de classe. «C'est à nous en tant que pédagogues de miser sur les forces des élèves, d'appuyer leurs besoins et de développer leur potentiel.» ■

Articles in this issue

view archives of OCT OEEO - PPP_Décembre_2019