OCT OEEO

PPP_March_2021

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/1337584

Contents of this Issue

Navigation

Page 31 of 71

30 Pour parler profession Mars 2021 TRANSITION À L'ENSEIGNEMENT ILLUSTRATION : iSTOCK Pénurie en enseignement : une occasion à saisir DE FRANK MCINTYRE ET ELIZABETH MALCZAK L'année scolaire 2019-2020 a eu son lot d'obstacles pour maints nouveaux enseignants, mais l'augmentation de la demande cee année, et probablement dans les années à venir, laisse présager de nouveaux gains d'emploi. L e taux de chômage des ensei- gnantes et enseignants en début de carrière continue de reculer. Et puisque le nombre d'étudiants en enseignement en Ontario est insuf- fisant, il est clair que cette pénurie continuera de donner du fil à retordre aux conseils scolaires. Les nouveaux diplômés en enseigne- ment de la province signalent un taux de chômage moins élevé pour l'année scolaire 2019-2020 que les années pré- cédentes. Selon le dernier sondage, le taux de chômage des diplômés en première année de carrière en Ontario se situe à 6 %, tandis que le taux moyen des enseignants dans leur deuxième à cinquième année de carrière est entre 2 et 3 %. Ces chiffres sont bien infé- rieurs aux taux de plus de 10 % enregis- trés ces dernières années. Malgré le marché du travail favorable en 2019-2020, le chemin n'a pas été fa- cile pour ceux qui ont voulu progresser d'un emploi à temps partiel à un emploi à temps plein. La fermeture des écoles en mars 2020 a mis fin à l'emploi de quantité de suppléants à la journée et a réduit le nombre de journées d'enseignement par semaine pour d'autres. Beaucoup d'enseignants en première année de carrière disent qu'ils n'ont pas ensei- gné autant qu'ils le voulaient pendant l'année scolaire; ce taux de sous- emploi a grimpé de 14 % en 2019 à 34 % en 2020. Les retards dans les entretiens d'embauche et les nomina- tions après la fermeture des écoles se sont ajoutés aux effets de la pandémie de COVID-19. Dans l'intervalle, les conventions collectives des fédérations d'ensei- gnantes et d'enseignants de la province ont permis de résoudre les incertitudes futures concernant le financement lié à l'effectif moyen des classes pour les conseils scolaires. En effet, on ne parle plus d'augmenter le nombre d'élèves par classe dans les écoles secondaires de 22/1 à 28/1. Néanmoins, la moyenne est passée à 23/1 en 2019-2020, compara- tivement à 22/1 l'année précédente, une augmentation qui réduit les possibilités d'emploi au secondaire. Les effets combinés de la fermeture des écoles et de l'augmentation de l'effectif des classes au secondaire se manifestent dans la différence des taux de chômage entre les divers cycles d'enseignement chez les enseignants en première année de carrière. Le manque de nouveaux enseignants pour répondre aux besoins annuels en matière de recrutement en Ontario ces dernières années a réduit le chômage chez les enseignants en première année de carrière à tous les cycles. Or, les résultats de notre sondage 2020 s'écartent de cette tendance. Le faible taux de chômage de 6 % signalé en 2019 s'est maintenu aux cycles primaire-moyen, une baisse significative par rapport aux 16 % rapportés en 2017. Le taux de chômage des enseignants en première année de carrière aux cycles intermédiaire- supérieur a, pour sa part, doublé, passant de 4 % en 2019 à 8 % en 2020, quoique ce taux reste bien inférieur aux 15 % enregistrés en 2017. Les ensei- gnants d'éducation technologique en première année de carrière connaissent également une hausse du taux de chô- mage, qui est passé de zéro en 2019 à 13 % en 2020. Le faible nombre d'ensei- gnants d'éducation technologique et de répondants au sondage justifie toutefois une certaine prudence dans l'interpréta- tion de ce résultat. Selon les résultats

Articles in this issue

view archives of OCT OEEO - PPP_March_2021