OCT OEEO

PPP_Septembre_2016

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/717630

Contents of this Issue

Navigation

Page 22 of 71

21 Septembre 2016 | Pour parler profession E N S E I G N A N T S R E M A R Q UA B L E S PHOTO : AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE M E RONALD CAZA DE PHILIPPE ORFALI Chef de file dans le domaine de la plaidoirie, M e Ronald Caza se souvient de deux enseignants en particulier qui ont nourri son talent d'orateur, l'ont ouvert au monde et l'ont fait viser haut, très haut. Q uand M e Ronald Caza prend la parole à la Cour supérieure de l'Ontario ou lorsqu'il s'adresse aux juges de la Cour suprême du Canada, ses adversaires ont tout intérêt à être bien préparés. Une réflexion que se faisaient déjà, il y a quelques décennies, les enseignantes et enseignants qui pouvaient compter sur sa présence dans leur salle de classe! Défenseur renommé des droits des minorités linguistiques au pays, l'éminent plaideur a contribué de multiples façons à l'évolution de la société ontarienne, tant comme avocat que comme bénévole. Mais c'est probablement la lutte acharnée qu'il a livrée comme principal avocat de SOS Montfort qui a le plus contribué à bâtir la renommée de ce fils de Chelmsford, en banlieue de Sudbury. (Vers la fin des années 1990, le mouvement SOS Montfort s'est opposé avec succès à la fermeture de l'hôpital Montfort – seul hôpital universitaire de langue française en Ontario.) M e Caza pratique le droit en français et en anglais depuis plus de 25 ans, et a été décoré cette année de la Médaille du Barreau du Haut-Canada pour sa contribution majeure à la profession juridique. Il raconte que ses aptitudes exceptionnelles en plaidoirie et cet amour du fait français trouvent leurs origines dans le club de débat du collège Notre-Dame de Sudbury et dans la salle de classe de sœur Rachelle Watier. «Une chose est sûre, je ne me serais jamais rendu jusque-là sans mes enseignants, tous mes enseignants, dont sœur Rachelle Watier. Il y a aussi eu Michel Démoré. Ce sont deux enseignants qui ont eu un impact majeur sur ma vie, dit-il d'emblée. «Ils ont joué un rôle extraordinaire dans ma prise de conscience en tant que francophone. C'était tellement important pour eux, et surtout, ils faisaient l'effort de nous expliquer pourquoi c'était important.» M e Caza insiste pourtant sur le fait qu'ils ne sont pas les seuls à avoir façonné son avenir. Il en va de même pour chacun des autres enseignantes et enseignants qui ont croisé son parcours, de la maternelle à la 13 e année, aux écoles Monseigneur-Côté, Jacques-Cartier, Immaculée-Conception et Champlain de Chelmsford, puis au collège Notre-Dame. «Je me souviens du nom et de la contribution de chacun d'entre eux.» UNE SPHÈRE D'INFLUENCE

Articles in this issue

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2016