OCT OEEO

PPP_Mars_2017

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/783426

Contents of this Issue

Navigation

Page 41 of 75

L U V U E N T E N D U 40 Pour parler profession | Mars 2017 Cadavres à la sauce chinoise DE CLAUDE FORAND De retour dans une autre enquête poli- cière, l'inspecteur vedette Roméo Dubuc quitte sa zone de confort. Ayant jusqu'ici limité son territoire d'enquête à l'Estrie, il est maintenant mêlé à une sordide histoire en plein cœur du quartier chinois de Toronto. Avec le détective franco-ontarien Dave Blanchette, un collègue tout aussi rusé et intuitif que lui, Dubuc doit élu- cider le meurtre de Sophie Létourneau, la meilleure amie de sa nièce. Tous les personnages qui gravitent autour de ces deux jeunes filles deviennent des suspects : Francis Francœur, un petit ami de cœur véreux aux allers-retours des plus intri- gants; M me Krikri, qui offre la location de logements à des prix douteux; Elvis Bianco, le chauffeur de taxi trop souvent au bon endroit au moment propice; Jim Wilson, un travailleur social infidèle qui cherche à sau- ver son mariage; et Johnny Simard, le pro- priétaire du Bikini Club qui trempe dans tout ce qui est louche et illégal. Quartier peu sécuritaire, sac à main disparu, argent volé, appartement saccagé, bas-fonds du crime organisé, réseau clandestin, dispari- tions… Tout est bien fignolé pour garder le lecteur en haleine jusqu'à la fin. Encore une fois, Claude Forand réussit à créer une intrigue policière qu'on peut faci- lement laisser entrer dans nos classes. Sans abuser des descriptions macabres et lugu- bres, l'auteur propose un roman policier à suspense d'une grande crédibilité pour les 14-18 ans. Ce livre réunit toutes les carac- téristiques nécessaires pour étudier le récit dans un cours de français au secondaire. Critique de Dominique Roy, EAO, enseignante de français à l'école secondaire catholique Sainte-Marie, Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières (New Liskeard), actuellement en prêt de service au CFORP. Cadavres à la sauce chinoise; Éditions David; Ottawa; 2016; ISBN 978-2-89597-550-2; 200 p.; 14,95 $; 613-695-3339; info@editionsdavid.com; editionsdavid.com. lu, vu, entendu Des enseignantes et enseignants ont évalué ces ressources pour vous. Pour des ressources en anglais, rendez-vous à professionallyspeaking.oct.ca. Vous pouvez emprunter la plupart des ouvrages en question à la bibliothèque Margaret-Wilson, à l'exception de certaines trousses de classe. Composez le 416-961-8800 (sans frais en Ontario : 1-888-534-2222), poste 689 ou envoyez un courriel à biblio@oeeo.ca pour réserver votre copie. ACCROCHÉ AU POLAR JEUNESSE E n 2005, quand Claude Forand présente un de ses premiers polars, Ainsi parle le Saigneur, aux Éditions David, on lui propose de modifier son manuscrit pour rejoindre les 14-18 ans, surtout les garçons. «C'est souvent l'âge où les garçons décrochent, explique-t-il. Ils passent à l'anglais ou ils quittent l'école. Mais si on leur met dans les mains des livres qui les intéressent, peut-être qu'ils vont lire…» Finalement, le polar est publié en 2006 en deux versions, l'une pour adultes et l'autre pour adolescents. En 2007, Ainsi parle le Saigneur devient finaliste au Prix Trillium et remporte le Prix des lecteurs 15-18 ans Radio-Canada et Centre FORA. L'ouvrage suivant, une collection de nouvelles, sort également en deux versions : On fait quoi avec le cadavre pour un lectorat jeunesse et R.I.P. Histoires mourantes pour les adultes, avec des nuances et des différences appréciables. Son prochain polar, Un moine trop bavard, qui a reçu le Prix du livre d'enfant Trillium 2013, est écrit pour les adolescents. «J'ai commencé à aimer ça!», avoue l'auteur avec enthousiasme. On lui fait souvent remarquer que, dans certains de ses romans, il n'y a même pas d'adolescents. «Quand j'étais jeune, je lisais Edgar Allan Poe ou Agatha Christie, raconte-t-il. Une bonne histoire, c'est une bonne histoire. J'aime mieux une histoire qui n'a pas d'ados et qui est intéressante, qu'une histoire avec des ados, mais qui est ennuyante!» Mais pourquoi des romans policiers? «J'ai essayé d'écrire autre chose et ça ne fonctionne pas. J'aime jouer au chat et à la souris avec le lecteur. J'aime fournir des informations mais, en même temps, en cacher et amener le lecteur plus loin. Ce jeu de créer un peu d'émotion chez le lecteur m'intéresse beaucoup», précise-t-il. Avant d'être écrivain, Claude Forand était journa- liste et il sait bien qu'en journalisme, il faut accrocher le lecteur dès le premier paragraphe. C'est le genre de conseil qu'il donne durant les ateliers qu'il offre dans les écoles, une activité qu'il fait très souvent. – Rochelle Pomerance, responsable de cette rubrique

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Mars_2017