OCT OEEO

PPP_Septembre_2017

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/859069

Contents of this Issue

Navigation

Page 34 of 71

33 Septembre 2017 | Pour parler profession lu, vu, entendu Des enseignantes et enseignants ont évalué ces ressources pour vous. Pour des ressources en anglais, rendez-vous à professionallyspeaking.oct.ca. Vous pouvez emprunter la plupart des ouvrages en question à la bibliothèque Margaret-Wilson, à l'exception de certaines trousses de classe. Composez le 416-961-8800 (sans frais en Ontario : 1-888-534-2222), poste 689 ou envoyez un courriel à biblio@oeeo.ca pour réserver votre copie. Nanuktalva; Les Éditions David; Ottawa; 2016; ISBN 978-2-89597-546-5; 208 p.; 14,95 $; 613-695-3339; info@editionsdavid.com; editionsdavid.com S i vous êtes un adepte de cette rubrique, il y a de bonnes chances que vous connaissiez la collection 14/18 des Éditions David, laquelle vise les jeunes du secondaire et leurs ensei- gnants : récits historiques, polars, romans d'aventure souvent à résonance franco-ontarienne, avec des titres alléchants comme On fait quoi avec le cadavre?; iPod et minijupe; Ski, Blanche et avalanche. «Le but est d'allumer l'imaginaire des jeunes», explique Marc Haentjens, le directeur général de la maison d'édition. C'est en arrivant à ce poste en 2008 qu'il a eu l'idée de créer une collection entièrement vouée à la littérature pour les 14 à 18 ans. «On s'est rendu compte qu'il y avait beaucoup de livres pour enfants, mais peu – en Ontario du moins – pour les 13 ans et plus. C'était comme si on poussait les livres chez les enfants, mais qu'on ne s'intéressait pas aux ados. De plus, c'est un âge où les jeunes ne sont plus aussi portés à la lecture, car trop de choses les interpellent. » Selon Marc Haentjens, il existe une formule gagnante pour qu'un roman ait du succès chez les adolescents : «Un sujet qui les rejoint dans leurs intérêts; des personnages qui sont suffisam- ment attachants; une structure qui garde le lecteur en haleine; de courts chapitres et, à la fin de chacun d'eux, un élément de suspense qui donne envie de lire le prochain.» Un autre projet à succès des Éditions David est le concours annuel Mordus des mots. Il s'adresse aux élèves de 11 e et de 12 e année, avec une thématique reliée à la nouvelle littéraire, policière ou historique. La maison d'édition sélectionne les textes reçus et en fait un recueil. En parallèle, un auteur offre une série d'ateliers d'écriture dans les écoles. Qu'est-ce qui a amené M. Haentjens et son épouse à quitter leur France d'origine pour s'installer au Canada il y a mainte- nant 37 ans? «Au lieu de faire mon service militaire en France, je suis venu ici comme coopérant, comme enseignant de ges- tion et marketing au Collège Algonquin.» Le Canada fut un coup de cœur. «Beaucoup de choses se passaient en Ontario, on a été emballés! On a épousé la cause, le mouvement fran- co-ontarien. Il régnait un enthousiasme, un dynamisme qui nous a donné envie de nous impliquer dans ce mouvement.» Depuis ce temps, M. Haentjens gère de nombreux projets et organismes dans le milieu culturel. Maintenant, ce sont les lecteurs des Éditions David qui profitent de son engouement pour la culture franco-ontarienne. — Rochelle Pomerance, responsable de cette rubrique LECTURE ET CULTURE Nanuktalva DE GILLES DUBOIS Ce nouveau roman de Gilles Dubois tombe à point avec la nouvelle approche onta- rienne des affaires autochtones, puisqu'il permet de se familiariser avec la culture, l'histoire et les perspectives traditionnelles et contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Cette récente publication des Éditions David proposée aux jeunes de 14 à 18 ans offre une histoire inspirante, spirituelle, remplie de rebondis- sements et de leçons de vie. C'est à Timmins, dans le nord de l'Ontario, qu'a choisi de s'installer Nanuktalva. Ami de la famille Beaubien, le vieil Inuit tombe rapidement sous le charme de la jeune et intelligente Gaïa. Au bonheur des parents et de la petite, Nanuktalva devient le gardien de cette enfant métisse. Il lui apprend tout ce qu'il sait de la vie nordique et l'initie aux cou- tumes de son peuple, à sa langue ainsi qu'à ses légendes. C'est par ces enseignements empreints d'une grande sagesse et d'une expérience de vie hors du commun que le lecteur plonge dans cet univers où s'entre- mêlent défis et mystères. Avant de terminer ses études secondaires, Gaïa doit affronter une épreuve difficile. C'est à Vancouver, loin de Nanuktalva, chez une tante malveil- lante, que le cauchemar de l'adolescente atteint son paroxysme. L'Inuit mettra sa vie en danger pour protéger celle qu'il considère comme étant sa fille. Cette lecture s'intègre à merveille dans un cours de français ou de citoyenneté. Les référents culturels y sont nombreux. Critique de Dominique Roy, EAO, enseignante de français à l'école secondaire catholique Sainte-Marie de New Liskeard, Conseil scolaire catholique de dis- trict des Grandes Rivières (New Liskeard), actuellement en prêt de service au CFORP.

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Septembre_2017