OCT OEEO

PPP_Mars_2018

Issue link: http://oct-oeeo.uberflip.com/i/941367

Contents of this Issue

Navigation

Page 29 of 139

28 Pour parler profession | Mars 2018 P our William Snodgrass, tout est question de diversité. Il se considère chanceux d'avoir pu enseigner dans six écoles depuis l'obtention de son certificat. Chaque éta- blissement lui a apporté des perspectives variées, de nouveaux défis et diverses ré- compenses. Il a enseigné plusieurs matières. Aujourd'hui, il enseigne l'anglais et la musique à temps plein, mais il admet que c'est la musique qui lui tient le plus à cœur. M. Snodgrass n'a pas toujours perçu l'enseignement de la musique comme un choix de carrière; il s'agissait plutôt d'un passe-temps agréable qui, naturellement, s'est transformé en carrière – une passion qu'il allait transmettre aux autres. Même avant de se tourner vers l'enseignement, il avait ça dans le sang. Ayant déjà accumulé beaucoup d'ex- périence de travail avec les enfants et la musique, il était logique pour lui de joindre l'utile à l'agréable. «C'est formi- dable de pouvoir transformer sa passion en carrière», dit-il. L'enseignement concorde parfai- tement avec son amour de la variété. «Chaque jour apporte son lot de nou- veaux défis avec de nouvelles approches de la matière. Cela vous permet d'avoir du plaisir et d'être créatif.» Parfois, M. Snodgrass doit faire appel à sa créativité pour résoudre les pro- blèmes, comme la fois où un élève était parvenu à coincer un sandwich dans une guitare : «Attendez-vous à l'inattendu et soyez prêt à en rire!» M. Snodgrass a fait ses débuts dans la profession il y a sept ans, à une époque où il y avait peu de postes à temps plein. À l'heure où les perspectives d'emploi s'améliorent (voir le rapport sur la transition à l'enseignement à la page 23), il conseille aux nouveaux diplômés à la recherche d'un poste permanent de voir le bon côté des choses : «Le fait de devoir changer fréquemment d'école présente de nombreux avantages : cela permet de réseauter et de recueillir des ressources et des idées différentes des personnes que l'on côtoie. Cela peut faire de vous un meilleur pédagogue.» Autre conseil qu'il donne à ceux qui entrent dans la profession : «Savourez chaque moment, chaque évènement. Ne soyez pas trop durs avec vous- même et laissez tomber vos attentes. Abordez chaque expérience pédago- gique à votre façon.» C ela fait maintenant 12 ans que Tracy Beck est entrée dans la profession, et elle a con- sacré toute sa carrière à l'encadrement des élèves handicapés. Elle est titulaire d'un diplôme d'études de la condition des personnes handicapées, a obtenu des QA en éducation de l'enfance en difficulté et a travaillé à titre d'aide- enseignante avant même d'être enseignante agréée. Elle a aussi passé les 14 dernières années à faire du bénévolat en qualité de directrice de programme de la Youth Leadership & Diversity Conference, un camp d'été qui enseigne aux jeunes du Canada et des États-Unis comment devenir de meilleurs leaders. M me Beck enseigne aux ados à bien s'organiser, à jongler avec leur charge de cours et à gérer leurs émotions. Même s'il ne fait aucun doute qu'elle contribue à améliorer leur vie, là n'est pas toujours son objectif. Elle tient plutôt à «vivre l'instant présent», de façon à rendre chaque moment meilleur pour ses élèves, nombre d'entre eux étant des jeunes vulnérables. «Que puis-je faire à l'instant même pour qu'un élève se sente mieux? Il ne faut pas toujours viser une vue d'ensemble; les petites choses comptent aussi.» L'une de ces «petites choses», c'est l'es- pace ouvert et inclusif dont elle s'occupe tous les midis à la White Oaks Secondary School, à Oakville, où elle enseigne. Les élèves sont libres de venir jouer à des jeux, de manger leur dîner, de socialiser ou de juste venir s'asseoir. M me Beck est persuadée qu'en renforçant la commu- nauté et en donnant aux élèves le senti- ment qu'ils y sont les bienvenus, on tisse des liens profonds avec eux. Sa routine pédagogique est une machine bien huilée, mais cela n'a pas toujours été le cas. Pour nombre de nouveaux pédagogues, la transi- tion à l'enseignement est délicate, et M me Beck n'a pas fait exception à la règle. «J'ai appris que je ne peux pas tout faire et que ce n'est pas grave. On enseigne parce qu'on aime le métier, et les élèves doivent tout de suite s'en rendre compte.» n William Snodgrass, EAO Lauréat 2009 de la Bourse d'excellence en formation à l'enseignement Joseph-W.-Atkinson Tracy Beck, EAO Lauréate 2004 de la Bourse d'excellence en formation à l'enseignement Joseph-W.-Atkinson Par l'entremise de notre programme de bourses, nous offrons un appui financier aux étudiantes et étudiants en enseigne- ment. Le programme met à l'honneur des étudiants qui incarnent les valeurs de la profession enseignante et fournit une aide à ceux qui ont une passion et qui aspirent à un grand idéal pour l'enseignement. Cette aide financière est rendue possible grâce à des dons. Les bourses sont versées directement aux personnes retenues en fonction de nos critères. Pour en savoir plus, veuillez consulter oct-oeeo.ca/bourses. N O U S A C C E P T O N S L E S D E M A N D E S D E B O U R S E S

Articles in this issue

Links on this page

view archives of OCT OEEO - PPP_Mars_2018